Des classes populaires racisées qui soutiennent le Front national ? Différenciations « raciales » en milieux populaires et mobilisation électorale dans un quartier ségrégué en 2017

Lorenzo Barrault-Stella (CNRS – CRESPPA-CSU) ; lorenzo.barrault-stella@cnrs.fr

Clémentine Berjaud (Université Paris 1 – CESSP) ;  clementine.berjaud@wanadoo.fr

Journées d’étude « Comprendre le Front National : sociologie des mobilisations frontistes », 4 et 5 juin, IEP de Toulouse

Proposition de communication – Axe 1 : Mobilisations électorales : les votes Front National en contextes

Cette communication propose une sociologie des pratiques électorales de familles d’un quartier populaire, anonymisé, très ségrégué socialement et ethniquement de région parisienne. Il s’agit de porter la focale sur des électeur.e.s « issu.e.s de l’immigration », aux origines magrébines et sub-sahariennes, ayant apporté leur soutien à Marine Le Pen et/ou à des candidats du FN lors des scrutins présidentiels et législatifs de 2017. Les commentaires politico-médiatiques comme le sens commun savant (et militant dans bien des cas) ont tendance à considérer « le » vote FN comme nécessairement motivé par des considérations « racistes » et/ou « culturelles » et il peut, à première vue, paraitre paradoxal que des électeur.e.s aux originales étrangères soutiennent le parti frontiste. Ces interprétations restent toutefois prisonnières d’une perspective intellectualiste, rationaliste et enchantée qui néglige la grande distance aux enjeux du champ politique d’une large majorité de profanes, en particulier – mais pas uniquement[1] – dans les régions les moins dotés culturellement (ou en ressources de substitution à l’instar de celles accumulées dans des univers militant) de l’espace social[2]. Les sciences sociales ont en ce sens établi que l’offre politique et les propositions partisanes (par exemple celle portées par le FN hostiles aux immigrés et en faveur de formes variées de « préférence nationale »[3]) sont loin de constituer l’unique ou même le principal déterminant des pratiques électorales et pèsent dans nombre de cas bien peu dans les modes de production des votes[4].

Dans la France contemporaine, d’après les enquêtes statistiques menées auprès d’échantillons représentatifs de populations « issues de l’immigration »[5], ces milieux s’orientent principalement à gauche politiquement[6] et ils se tiennent tendanciellement à distance du Front national qui fonctionne dans nombre de cas comme une figure repoussoir[7]. En complément de ces travaux, nous avons pris le parti de nous intéresser à des cas, certes minoritaires, où des électeur.e.s des classes populaires racisé.e.s[8]  apportent leur soutien au FN. On sait néanmoins que « les minorités ont parfois une signification sociologique bien supérieure à leur importance numérique »[9] et on fait l’hypothèse que ces cas statistiquement improbables donnent à voir des processus sociaux et politiques plus généraux, non seulement quant aux formes contemporaines des politisations populaires en France[10] mais aussi en matière de mutations des modalités d’encadrement politique et de transformations du champ politique et de ses formes d’intermédiation dans les classes populaires contemporaines. Il s’agit ici d’approfondir la piste, issue de nos enquêtes antérieures[11], des liens entre la différenciation des classes populaires[12], la politisation de luttes sociales quotidiennes entre différentes fractions de ces milieux et les formes de « racialisation » des rapports sociaux susceptibles de façonner les pratiques politiques[13].

Sur le plan empirique, notre enquête est réalisée dans le cadre du collectif de recherche ALCOV financé par l’ANR (2016-2020)[14].  Depuis 2016, nous menons une analyse localisée des formes « ordinaires » de politisation[15] et des pratiques politiques au sein d’un quartier très populaire, ségrégué, enclavé, urbain et dense (plus de 33 000 habitants recensés au km2 en 2014). D’après les données INSEE du Recensement publiées en octobre 2017[16], l’habitat dans le quartier comprend 98% de logements sociaux (correspondant à différentes vagues historiques de construction), le taux de chômage avoisine les 26%. On y dénombre 5,3% d’artisans, commerçants et chefs d’entreprises, 5,3% de cadres et professions intellectuelles supérieures pour 46% d’employés et 21,5% d’ouvriers composant, de fait, avec les populations plus précaires non recensées, les classes populaires locales qui sont de loin majoritaires. 55% des habitant.e.s recensés sont des femmes, 21% des retraités. 52,7% des familles ont au moins un enfant et, parmi elle, 48% sont des familles monoparentales dont on sait, par ailleurs, que les mères seules constituent la très grande majorité[17]. Parmi les habitant.e.s, 42,5% sont né.e.s à l’étranger (populations d’origines maghrébine et sub-saharienne en particulier), 23% sont de nationalité étrangère et 60% sont des français.e.s non immigré.e.s au sens de l’INSEE. Mais, au quotidien, de nombreux.ses habitant.e.s plus récemment arrivé.e.s sont aussi de diverses origines étrangères[18] et certains vivent dans la clandestinité (sans papiers, « roms », syriens en demande d’asile, etc.), échappant très probablement aux statistiques officielles. Le quartier est classé « Zone urbaine sensible » (ZUS), les écoles comme le collège public de secteur sont en « REP + » et les autorités policières locales considèrent qu’il s’agit d’un des secteurs « les plus chauds » de la commune. Ce quartier donne à voir à une échelle fine la concentration de différentes fractions parmi les plus précaires et racisées des classes populaires, non sans lien d’ailleurs avec divers processus politiques transnationaux[19]. Sur le plan politique, si la commune est dirigé par le Parti socialiste (PS) depuis une vingtaine d’années, le quartier est surtout caractérisé par une abstention systématiquement plus élevée (près de 60% des inscrits en moyenne aux différents scrutins de 2012 à 2017) que la commune, en particulier dans la tranche d’âge 18-35 ans[20]. Les trois bureaux de vote du quartier affichent aussi régulièrement des scores FN parmi les plus élevés de la commune (près de 20 % à certains scrutins). Cette entrée territoriale nous a permis de suivre depuis l’automne 2016 une vingtaine de parents d’élèves[21] de l’école du quartier – pour les deux tiers des mères. Nous avons opté d’une part pour la rencontre d’habitant.e.s par le biais de l’école primaire publique du quartier[22], fortement ségréguée socialement et d’un point de vue ethno-racial ; d’autre part l’enquête a été présentée comme portant sur « le quartier, l’école et les services publics » et non directement sur des objets politiques[23]. Outre un travail d’observation dans le quartier et à l’école, plusieurs vagues d’entretiens semi-directifs[24] approfondis ont été menées avec ces parents (entre deux et quatre selon les cas) avant, pendant et après les quatre tours de scrutin de 2017 en les interrogeant d’abord sur leurs conditions matérielles d’existence, leurs trajectoires, leurs relations intrafamiliales, leurs groupes d’appartenance[25], leurs divers rapports sociaux (dans le quartier mais pas uniquement, dans la sphère professionnelle le cas échéant, etc.), leur inscription territoriale, leurs appréhensions de l’école et de l’avenir et, une fois des relations de confiance nouées seulement, des enjeux politiques, d’abord locaux (à travers l’entrée « quartier ») puis nationaux (dont les élections présidentielle et législatives de 2017).

Sur la base de ces matériaux, notre communication propose une sociologie compréhensive, articulant dispositions, groupes d’appartenance et sociabilités en situation, des votes de quelques électeur.e.s racisé.e.s, aux origines étrangères (maghrébines, d’Afrique sub-saharienne et/ou des DOM-TOM) ayant apporté leur soutien au Front National à l’un ou plusieurs tours de scrutins de 2017. En adoptant une approche comparative par cas[26], on verra que, loin des interprétations politologiques et/ou culturalistes, c’est du côté des rapports sociaux de classes et de races observables dans ce quartier très ségrégué – où cohabitent différentes fractions des classes populaires inégalement racisées, stables et anciennes au sein de ce territoire – que l’on peut trouver les logiques de tels votes a priori contre-intuitifs. Le vote frontiste est alors articulé à un ensemble de pratiques – pas nécessairement politiques ­­– partie prenante de stratégies de distinction internes aux classes populaires, sur la base d’identification raciale (« arabes », « noirs », « roms », etc.) et religieuses (« chrétiens », « musulmans », etc.). La configuration sociale et politique observable dans ce quartier pourrait au final nous éclairer sur l’actualisation historique contemporaine des modalités d’encadrement politique des classes populaires et, plus généralement, quant aux transformations en cours des formes d’intermédiations très inégales entre le champ politique et les différents groupes sociaux.

[1] Éric Agrikoliansky, « La politisation ordinaire d’une population extraordinaire », Politix, n° 106, 2014, p. 135-157.

[2] Daniel Gaxie, Le cens caché. Inégalités culturelles et ségrégation politique, Paris, Seuil, 1978.

[3] Sylvain Crépon, Alexandre Dezé, Nonna Mayer, Les faux-semblants du Front National, Paris, Presses de Science-Po, 2015.

[4] Voir par exemple Daniel Gaxie (dir.), Explications du vote. Un bilan des études électorales, Paris, Presses de Sciences Po, 1985 ; Collectif Spel, Les sens du vote. Une enquête sociologique (France, 2011-2014), Rennes, PUR, 2016.

[5] Notamment Sylvain Brouard, Vincent Tiberj, Français comme les autres ?, Paris, Presses de Sciences Po, 2005 ; Cris Beauchemin, Christelle Hamel, Patrick Simon, Trajectoires et origines. Enquête sur la diversité des populations en France, INED, 2015. Dans ces travaux, il s’agit en particulier des immigrations magrébines, africaines et turques, ainsi que les populations d’Outre-Mer.

[6] Ce qui confirme statistiquement ce que des travaux s’appuyant sur des matériaux qualitatifs avaient déjà établi , par exemple Jocelyne Césari « Citoyenneté et acte de vote des individus issu de l’immigration magrébine. Des stratégies politiques plurielles et contradictoires », Politix, n°22, 1993, p.93-103 ; Nancy Venel, Musulmans et citoyens. Appropriations, usages et agencement des appartenances chez de jeunes musulmans français d’origine maghrébine, Thèse de Science Politique à l’Université de Lille 2, 2002.

[7] Voir entre autres Céline Braconnier, Jean-Yves Dormagen, La démocratie de l’abstention, Paris, Gallimard, 2007 ; Lorenzo Barrault-Stella, Clémentine Berjaud « Political practices from the sidelines. A qualitative approach to the political ambivalence in contemporary working-class youth in France », French Politics, vol.13, n°3, 2015, p. 221-240.

[8] Si les races n’existent pas, la ou le sociologue observe parfois des formes de racialisation des rapports sociaux, c’est-à-dire des processus d’assignation identitaire fondés sur des critères pensés comme « raciaux », produisant des hiérarchies et potentiellement supports de rapports de domination. Sur ces questions : Éric Fassin (dir.), « Les couleurs de la représentation », Revue française de science politique, volume 60, n°4, 2010.

[9] Norbert Elias, John Scotson, Logiques de l’exclusion. Enquête sociologique au cœur d’une communauté,  Paris, Fayard, 1997, (1ère ed.1965), p.162.

[10] Lorenzo Barrault-Stella, Bernard Pudal, « Retour sur la politisation des classes populaires. Propositions pour une analyse des états de matière du politique et de leur convertibilité » (avec), in Lorenzo Barrault-Stella, Brigitte Gaïti, Daniel Gaxie, Patrick Lehingue (dir.), La politique désenchantée ? Perspectives sociologiques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, à paraître en 2018.

[11]  Voir en particulier Lorenzo Barrault-Stella, Clémentine Berjaud, « Sur quelques votes FN de jeunes des classes populaires en périphérie urbaine » (avec in Gérard Mauger, Willy Pellettier (dir.), Les classes populaires et le FN. Explications de vote, Bellecombes-en-Bauges, Editions du Croquant, « Savoir-agir », 2017, p. 195-208.

[12] Pour un bilan, à la suite entre autres des travaux d’O. Schwartz : Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Nicolas Renahy, Sociologie des classes populaires, Paris, Armand Colin, 2015.

[13] Camille Hamidi, « Catégorisations ethniques ordinaires et rapport au politique. Éléments sur le rapport au politique de jeunes des quartiers populaires », Revue française de science politique, vol. 60, no 4, 2010, p. 719-743 ; Claudine Gay, Jennifer L. Hoschild, Ariel White, « Americans’ Belief in Linked Fate: Does the Measure Capture the Concept? », Journal of Race, Ethnicity, and Politics, vol.1, n°1, 2016, p. 117‑144.

[14] Le projet « Analyse localisée comparative du vote » (ALCOV) est financé par l’ANR, coordonné par Éric Agrikoliansky et associe le CHERPA, le CESSP, le CRESPPA-CSU, le CURAPP-ESS et l’IRISSO.

[15] François Buton, Patrick Lehingue, Nicolas Mariot, Sabine Rozier (dir.), L’Ordinaire du politique, Enquêtes sur les rapports profanes au politique, Lille, Presses du Septentrion, 2016.

[16] Données du Recensement 2014, vague publiée en octobre 2017. Les données mobilisées correspondent à trois IRIS composant le quartier (N = 4032 individus recensés, dont 30% de mineurs).

[17] Jacqueline Laufer et Rachel Silvera (dir.), « Femmes providentielles. Enfants et parents à charge », Travail, genre et société, n°6, 2001 ; plus récemment : Jean-Hughes, Sociologie de la famille, Paris, La Découverte, « Repères », 2009, p.18.

[18] Le quartier étudié présente des homologies importantes avec la structure des rapports sociaux localisées étudiée par Norbert Elias, John Scotson, Logiques de l’exclusion. Enquête sociologique au cœur des problèmes d’une communauté, Paris, Fayard, 1997 [1965].

[19] Voir par exemple Nora El Qadim, Le gouvernement asymétrique des migrations, Paris, Dalloz, 2015.

[20] Près de 90% de cette classe d’âge s’est par exemple abstenu lors du second tour des législatives de 2017. Source : premières exploitations de l’enquête Participations en 2017 de l’INSEE par Baptiste Coulmont que nous remercions vivement pour ces données comme pour son initiation à l’utilisation des Enquêtes Recensement de l’INSEE.

[21] La plupart sont en situation de pouvoir voter mais pas tous.tes (du fait de leur nationalité ou de leur non inscription).

[22] Il n’y a pas d’école privé dans le quartier.

[23] Afin de contourner les attitudes d’évitement du politique et de minorer les impositions de problématiques en particulier, voir entre autres Nicolas Mariot « Pourquoi il n’existe pas d’ethnographie de la citoyenneté », Politix, n°92, 2010, p. 165-194.

[24] La répétition des entretiens et le temps long de l’enquête prémunissent pour partie contre certaines formes d’illusion biographique : Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1986, n°62, p. 69-72 ; Collectif Spel, Les sens du vote. Une enquête sociologique (France, 2011-2014), Rennes, PUR, 2016.

[25] Alan. S. Zuckerman (eds.), 2005, The Social Logics of Politics. Personal networks as contexts for political behavior, Temple University Press, Philadelphia.

[26] Jean-Claude Passeron, Jacques Revel (dir.), Penser par cas, Paris, EHESS, 2005.

« Éléments pour une sociologie des électorats frontistes lors de l’élection présidentielle de 2017 », Communication AlcoV pour la JE « Comprendre le Front National : sociologie des mobilisations frontistes », 4 et 5 juin, IEP de Toulouse

Pour le groupe ALCoV : Eric Agrikoliansky, IRISSO/ Paris Dauphine ; Baptiste Coulmont, CRESPPA, équipe CSU/ Université Paris 8 ; Patrick Lehingue, CURAPP-ESS/Université d’Amiens ; Christèle Marchand Lagier, LBNC/Université d’Avignon ; Jessica Sainty, Université d’Avignon/LBNC

Cette proposition de communication se fonde sur le volet quantitatif d’une enquête collective, financée par l’ANR, le projet ALCoV (Analyse Localisée et Comparative du Vote) qui associe une trentaine de chercheurs et de doctorants appartenant à 5 laboratoires (IRISSO, CESSP, CHERPA, CRESPPA, CURAPP-ESS ), et qui a pour ambition restituer les dimensions contextuelles du vote en étudiant de façon comparée, à partir d’outils quantitatifs et qualitatifs, des cas localisés situés dans huit communes françaises avant, pendant et après les élections de 2017. Cette communication se fonde sur l’exploitation des données d’un QSU réalisé au second tour de l’élection présidentielle de 2017 (n=3013). Elle explore un corpus d’électeurs frontistes déclarés dans cette enquête à partir de trois axes de questionnements : les conditions de (sous) déclaration du vote FN dans ce type d’enquête ; les caractéristiques sociales et politiques de ces électeurs appréhendées en particulier à partir de leurs rapports au politique et de leurs pratiques politiques durant la campagne (discussions politiques avec des proches notamment) ;  les spécificités de ces électeurs frontistes dans les différentes communes enquêtées, notamment à partir d’une investigation centrée sur les répondants des bureaux de vote d’Avignon.

Le cens trouvé : examen d’un questionnaire sortie des urnes

Pour citer ce texte : Baptiste Coulmont et l’équipe de l’ANR ALCOV. « Le cens trouvé:
examen d”un questionnaire sortie des urnes », https://alcov.hypotheses.org, 6 mars 2018

Le dimanche 7 mai 2017, lors du second tour de l’élection présidentielle, les équipes de l’ANR ALCOV ont réalisé un sondage « sortie d’urnes » dans 14 bureaux de vote, du début à la fin des opérations de vote. Trois bureaux de vote parisiens (dans les 16e et 18e arrondissements), cinq bureaux à Avignon et dans une commune limitrophe, deux bureaux à Joigny, deux bureaux à Brignoles, un à Marseille, un à Amiens. Ces bureaux n’ont pas été choisis pour leur représentativité, mais parce que ce sont les bureaux dans lesquels votent une partie des électeurs sur lesquels nous enquêtons. Ainsi, quand on examine les résultats du second tour, le taux d’abstention est plus élevé dans nos bureaux, la proportion de votes blancs et nuls est plus faible, ainsi que la fréquence du vote pour Marine Le Pen

Comparaison avec les résultats nationaux

Résultats nationaux Résultats des bureaux enquêtés
Taux d’abstention 25.4 29.1
Blancs et nuls (Votants) % 11.5 9.7
Le Pen (Votants) % 30.0 28.2
Macron (Votants) % 58.5 62.1

Les questionnaires étaient courts: il était important d’éviter la lassitude à répondre (les votants pouvaient répondre de manière auto-administrée, ou avec l’aide d’un enquêteur). Les questions portaient sur l’entourage et les groupes primaires (êtes-vous venu voter seul? avec qui avez-vous discuté de l’élection au cours de la semaine dernière, avez-vous essayé de convaincre des membres de votre entourage? est-ce que vos proches votent comme vous?), sur l’histoire de vote aux précédentes élections présidentielles, … et sur les caractéristiques socio-démographiques (âge, sexe, niveau de diplôme, profession, profession du conjoint, etc…). Au total, notre base a été composée à partir de 3013 questionnaires utilisables.

Le but de ce billet est de comparer les résultats des questionnaires aux informations qui se trouvent dans les listes d’émargements (âge, sexe, lieu de naissance) et dans les résultats électoraux (proportion de bulletins blancs et nuls, score des candidats). Nous n’avons pas contrôlé les déclarations des répondants (les questionnaires étaient anonymes et ne nous permettent pas de retrouver les répondants dans les listes d’émargement) mais nous avons comparé les résultats agrégés.

Taux de réponse par bureau de vote

Nous savons précisément, à partir des listes d’émargement et des résultats publiés par le Ministère de l’intérieur, combien de personnes se sont déplacées pour voter, dans chaque bureau de vote. À partir du nombre de questionnaires valides recueillis, nous pouvons alors calculer un taux de réponse.

Ce taux varie de près de 40% (dans le 16 arrondissement), à un peu plus de 20% à Brignoles. Ce taux varie localement en fonction du dispositif d’enquête mis en place dans chaque bureau, mais aussi en fonction des caractéristiques des électeurs de ces bureaux eux-mêmes et des dispositions inégales des électeurs et électrices à nous répondre, qu’on appelle « biais d’auto-sélection ». Par exemple, c’est dans les bureaux où le vote pour Marine Le Pen fut le plus bas que les questionnaires remplis furent les plus fréquents, et dans les bureaux où le vote Le Pen fut le plus élevé que le taux de réponse fut le plus faible.

Des biais « classiques »

Le graphique suivant cherche à comparer au plus près les résultats du QSU et les données administratives recueillies soient à partir des listes d’émargement (qui ont été intégralement recodées) et des résultats agrégés publiés par le Ministère de l’intérieur.

Commençons par l’âge : Le dispositif d’enquête a mieux saisi les électeurs les plus jeunes: ils représentent 17% de l’électorat et 22% de notre échantillon. C’est peut-être dû aux enquêteurs et enquêtrices, souvent des étudiant.e.s. C’est peut-être dû aussi au fait que ces jeunes électeurs ont un niveau de diplôme en moyenne plus élevé que les électeurs les plus âgés (et qu’un diplôme élevé est associé à une participation politique plus forte). Car à l’inverse des plus jeunes, les électeurs plus âgés ont été moins bien captés: les personnes âgées coopèrent moins à l’enquête. Notre échantillon est composé de 26% d’électeurs et électrices de 60 ans et plus, à comparer avec 33% des votants. La déformation du corps électoral est donc réelle, mais elle n’est pas énorme, et surtout elle semble « classique » (en reproduisant les biais déjà repérés par Braconnier & Dormagen (2018, à paraître))

Les proportions de femmes, et de votants nés à l’étranger sont semblables, à quelques points près dans le corps électoral qui s’est déplacé au second tour et dans notre échantillon. 83% des votants sont nés en France, et c’est le cas de 84,5% de notre échantillon de répondants, selon leurs déclarations. 54,5% des votants étaient des femmes, et c’est le cas de 58% de l’échantillon du QSU: les électrices ont donc été un peu plus sensibles au dispositif d’enquête.

Sur les grandes variables démographiques que l’on peut comparer directement à partir des listes d’émargement, l’échantillon du QSU est donc peu biaisé. C’est sur les variables politiques qu’apparaissent les grandes différences. En effet le dispositif d’enquête a recruté des répondants plus politisés que la moyenne. Alors que seuls 5% des votants des bureaux de vote enquêtés détenaient une procuration, 13% de notre échantillon déclare être porteur d’une procuration (cette sur-représentation se repère dans tous les bureaux de vote enquêtés). Et notre échantillon sous-estime radicalement la proportion de votants ayant choisi Marine Le Pen. Alors que 28,2% des votants ont sélectionné le bulletin « Le Pen », seuls 12,5% des répondants (ayant accepté de répondre à la question sur le vote) nous ont déclaré avoir voté pour Marine Le Pen.

Environ 10% des répondants ont refusé de déclarer leur vote. Il est tentant de penser que ces non-réponses pourraient être des votes honteux d’extrême droite. Mais ces non-répondants n’ont pas des caractéristiques proches de celles des déclarations de vote Le Pen. Des procédures d’imputation diverses (par exemple en appariant des individus ayant les mêmes diplômes, âge, PCS…) ne conduisent pas à affecter une proportion supérieure de votes pour Marine Le Pen. Il est plus probable donc qu’une partie non négligeable des électeurs Le Pen ait tout simplement refusé de participer à l’enquête, ce que les taux de réponses globaux par bureau de vote nous laissaient déjà penser.

Notre échantillon surreprésente ainsi les électeurs de gauche, ce que l’on peut constater quand on compare les déclarations de vote au premier tour (graphique ci-dessous) et les résultats effectifs des bureaux de vote enquêtés. Même en soulignant qu’il y a pu y avoir un découragement des électeurs Fillon du premier tour (qui auraient préféré l’abstention), il reste que notre échantillon capte bien mieux les électeurs de gauche (ayant voté pour Mélenchon, Hamon ou Macron au premier tour) et moins bien les électeurs de droite (Fillon, Le Pen, Asselineau, Dupont-Aignan)

L’échantillon final semble donc avoir été produit à la suite de plusieurs formes d’auto-sélection des répondants: les plus âgés et les hommes ont eu tendance à moins répondre, les électeurs de droite et d’extrême droite aussi (et ces deux phénomènes sont peut-être reliés), alors que les votants les plus participationnistes, de même que les plus jeunes, eux, ont eu tendance à moins refuser de répondre. Notre échantillon est un échantillon sur-politisé.

Références

  • Braconnier, Céline et Jean-Yves Dormagen, 2018 (à paraître), « Un cens caché dans la constitution des échantillons de répondants. Biais de sélection, d’auto-sélection et de déclaration dans une série d’enquêtes localisées par questionnaires », dans Lorenzo Barrault, Brigitte Gaïti, Daniel Gaxie, Patrick Lehingue (dir.), La politique désenchantée ? Perspectives sociologiques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.
  • Gaxie, Daniel, 1978. Le cens caché: inégalités culturelles et ségrégation politique, Paris, Éditions du Seuil.

Journée d’étude – 9 février 2018 – La fin du cumul des mandats en France ? Mise en œuvre de la loi de limitation et ajustements notabiliaires en 2017

La fin du cumul des mandats en France ? Mise en œuvre de la loi de limitation et ajustements notabiliaires en 2017

Vendredi 9 février 2018

Salle du conseil – Bibliothèque universitaire Maurice Agulhon

Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse

Campus Hannah Arendt – Site Sainte Marthe

Les lois du 14 février 2014 sont censées « mettre un terme définitif » au cumul des mandats électifs, singularité historique et démocratique hexagonale. Pour la troisième fois en près de quarante ans, une majorité socialiste est parvenue à réglementer l’exercice simultané et durable de plusieurs mandats électifs. Le cumul avait d’abord été limité à deux mandats importants en 1985. Depuis 2000, la loi interdisait aux parlementaires européens une autre fonction nationale. Elle limitait le cumul d’un parlementaire national ou européen à un seul mandat local et à deux le cumul de mandats locaux. Elle interdisait en outre le cumul de fonctions exécutives locales. En 2014, ce sont les grandes institutions françaises du « député-maire » ou du « sénateur-président de conseil départemental » qui sont visées, après plusieurs décennies de répit. Les textes prévoient alors qu’un parlementaire ne pourra plus désormais cumuler son mandat avec aucune présidence ou vice-présidence d’une quelconque collectivité territoriale, intercommunalité ou syndicat mixte. Prudemment, les parlementaires planifient la mise en œuvre de cette réforme en reportant son application de plus de trois ans, aux élections postérieures au 31 mars 2017. Outre l’analyse des mobiles politiques d’une incompatibilité finalement assez inattendue, la loi de 2014 et son application à l’issue des deux scrutins législatif et sénatorial de 2017, offrent l’occasion d’un examen « grandeur nature » des effets d’une modification des « règles du jeu » politique sur la structuration du personnel politique français. Cet examen est l’objet de la présente journée d’étude, première étape du volet CUMUL2017 de l’ANR ALCOV, et qui rassemble une dizaine de chercheurs répartis sur une quinzaine de départements. La journée sera l’occasion de présenter les premiers résultats des enquêtes de terrain réalisées dans neuf territoires sur les effets de la loi et ses anticipations plus ou moins contrariées par « le phénomène Macron », parmi les candidats et les élus de juin et septembre 2017, ainsi que les éléments introductifs à l’objectivation statistique nationale des recompositions des positions de pouvoir parmi le personnel politique français.

8h30 : Accueil café

9h00 : Début des travaux

  • Gironde – Le décumul des parlementaires en 2017 : fins de cycle, renouvellement contrarié et choix contrastés – Marion Paoletti et Laure Squarcioni, Centre Emile Durkheim (Bordeaux)
  • Ille-et-Vilaine – Législation anti-cumul: des effets périphériques en Bretagne au jeu – théorique – de chaises musicales rennais – Thomas Frinault, ARENES-CRAPE (Rennes)
  • Nord – Cumul des mandats: les parlementaires du Nord face aux nouvelles règles du jeu politique – Rémi Lefebvre, CERAPS (Lille)
  • France – Mesures et représentations nationales de la réduction du cumul des mandats à l’issue des législatives et des sénatoriales de 2017 – Guillaume Marrel, Pierre-Henri Morand, LBNC, Eric San-Juan, LIA (Avignon)

12h30 : Buffet

14h : Reprise des travaux

  • Paris XVI et XVIII et Yonne – Le calcul contre le cumul. Vieux notables locaux et nouvelles règles – Catherine Achin, IRISSO (Paris), Sandrine Lévèque, TRIANGLE (Lyon), Martin Baloge, CESSP (Paris)
  • Martinique et Guadeloupe – Le mandat législatif a-t-il un avenir ? La gestion de la fin du cumul des mandats – Willy Beauvallet, TRIANGLE (Lyon) et Aurélie Roger, CRPLC (Fort de France)
  • Sommes – Prime au sortant et déprime du sortant. Regards croisés de deux députés sur la modification des règles du jeu politique – Sébastien Vignon et Patrick Lehingue, CURAPP-ESS (Amiens) [Visio]
  • Doubs et Haute-Saône – Stratégies face au cumul et nouveaux calculs post-électoraux – Louis Gérard-Bendélé, LBNC (Avignon)

17h : Fin des travaux

Conférence – 30 mai 2017 – Emmanuel Macron : l’élu des sondages ?

Cycle de conférences-débats à Sciences Po Aix
L’ÉLECTION EN DÉBATS / VOTER ET FAIRE VOTER EN 2017

Quatrième conférence – 30 mai 2017
Emmanuel Macron : l’élu des sondages ?
18h15 à 20h – Amphi Cassin, Sciences Po Aix – Entrée libre

Les sociologues de l’université de Columbia s’étaient interrogés durant la campagne présidentielle américaine de 1940 sur le rôle des médias. Après avoir interrogé le même panel, à sept reprises, ils avaient mis en évidence que la majorité des électeurs sont prédéterminés dans leurs choix par leur statut social, leur religion et leur lieu de résidence. Au moment de la campagne électorale, les chercheurs américains estimaient à 20 % les électeurs dont le vote restait ouvert, ceux qui précisément sont les moins intéressés par la politique et suivent de (très) loin la campagne. Des travaux plus récents ont pu montrer le poids des discussions avec l’entourage : parents, amis, collègues… Et pourtant, dans le contexte de 2017 rythmé par les révélations du Canard Enchaîné sur le candidat Les Républicains, leur reprise par les médias et les réseaux sociaux, les sondages quotidiens sur le maintien de la candidature de François Fillon ont-ils été sans influence ? De même, ne peut-on pas penser que le résultat de la présidentielle s’est forgé au fur et à mesure des évolutions sondagières et de l’ascension médiatique d’Emmanuel Macron ?

Intervenants :

  • Frédéric GANNEVAL, directeur de l’institut d’études Artenice
  • Patrick LEHINGUE, professeur de science politique à l’université de Picardie et chercheur au CURAPP. Il est l’auteur de Mobilisations électorales (PUF, 2005) et de Subunda. Coups de sonde dans l’océan des sondages (Le Croquant, 2007)

La séance sera animée par Jessica SAINTY, maîtresse de conférences en science politique (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, LBNC).

Conférence – 11 mai 2017 – Des élus sous pression ?

Cycle de conférences-débats à Sciences Po Aix
L’ÉLECTION EN DÉBATS / VOTER ET FAIRE VOTER EN 2017

Troisième conférence – 11 mai 2017
Des élus sous pression ?
Argent, lobbys et influence dans les campagnes électorales

18h15 à 20h – Amphi Cassin, Sciences Po Aix – Entrée libre

Lors d’une élection présidentielle, il y a les acteurs visibles que sont les partis politiques et leurs candidats, mais il y a aussi tout une série d’acteurs – associations, syndicats, organisations professionnelles, collectifs, ONG ou think tanks – qui tentent de convaincre les candidats de l’intérêt d’un projet, d’une cause ou d’une proposition de politique publique. Quelles sont les formes de lobbying à l’œuvre pendant une campagne électorale et comment appréhender leurs effets ?

Intervenants :

  • Guillaume COURTY, professeur en science politique (Université de Lille CERAPS) et Julie GERVAIS, maîtresse de conférences en science politique (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, CESSP), viendront apporter leurs réponses et présenter l’ouvrage Le Lobbying électoral. Groupes en campagne (Presses Universitaires du Septentrion, 2016).
  • Sébastien DIDIER, vice-président de l’Union pour les Entreprises des Bouches-du-Rhône (UPE 13) en charge de l’économie, reviendra notamment sur la démarche collaborative mise en place par l’UPE 13 afin d’identifier les priorités des entrepreneurs pour les élections de 2017 et sur les actions menées pour les porter à la connaissance des candidats à la présidentielle ou aux législatives.

La séance sera animée par Yolaine GASSIER, doctorante en science politique (Sciences-Po Aix – CHERPA-LEST) & Marie-Ange GREGORY, chercheuse post-doctorale (CHERPA).

Conférence 23 mars 2017 – À quoi servent les campagnes électorales?

À quoi servent les campagnes électorales?

jeudi 23 mars (17h15/19h30)

Université Paris Dauphine/PSL (AMPHI A11)

À partir de l’actualité politique et à la lumière de travaux récents de science politique, cette conférence vise à mieux comprendre la dynamique et les effets des campagnes électorales :
– quelles influences (ou non-influence) ces campagnes électorales et les médias exercent sur les électeurs ?
– Comment ces derniers perçoivent-ils le jeu politique, les candidat.e.s, les programmes ?
– Quelles transformations affectent le travail de mobilisation mené par les partis et les (nouvelles) organisations politiques ?

Avec :
– Eric Agrikoliansky (Université Paris Dauphine/PSL, co-auteur de l’ouvrage, Les sens du vote, PUR, 2016)
– Layla Baamara (IEP d’Aix-en-Provence, co-coordinatrice de l’ouvrage, Faire campagne ici et ailleurs, Karthala, 2016)
– Rémi Lefebvre (Université Lille II, co-coordinateur du dossier Faire campagne, Politix, 2016)
– Sabine Rozier (Université Paris Dauphine/PSL, co-coordinatrice de l’ouvrage L’ordinaire du politique, 2016)

Discussion, animation : Catherine Achin (Université Paris Dauphine), Philippe Aldrin (IEP d’Aix-en-Provence)

Conférence – 28 mars 2017 – PACA, terre d’élections du FN ?

Cycle de conférences-débats à Sciences Po Aix
L’ÉLECTION EN DÉBATS / VOTER ET FAIRE VOTER EN 2017

Deuxième conférence – 28 mars 2017
PACA, terre d’élections du FN ?
18h15 à 20h – Amphi Cassin, Sciences Po Aix – Entrée libre

En compagnie de Christèle Marchand, maître de conférence de science politique, chercheuse associée au CHERPA et auteure de Le vote FN. Pour une sociologie localisée des électorats frontistes paru aux éditions De Boeck en 2017, de Michel Henry, journaliste, Libération / Médiapart / Les jours et auteur de « La nièce, le phénomène Marion Maréchal-Le Pen paru au Seuil, 2017 et de Gille Rof, journaliste indépendant, correspondant du journal Le Monde et réalisateur de documentaire, cette séance sera l’occasion de revenir sur les mutations des soutiens électoraux du FN en PACA. En proposant une analyse approfondie des processus d’adhésion au parti à travers des portraits et des entretiens menés auprès d’une cohorte d’électeurs frontistes puis le début des années 2000 ainsi que des relations entre Front National et médias depuis les années 1990, il s’agira de mieux saisir les causes profondes de son enracinement électoral particulièrement dans le sud-est de la France.

Intervenants :

  • Christèle MARCHAND-LAGIER, maître de conférence en science politique, chercheuse associée au CHERPA et auteure de « Le vote FN. Pour une sociologie localisée des électorats frontistes » paru aux éditions De Boeck en 2017
  • Michel HENRY, journaliste indépendant, correspondant pour Libération et auteur de « La nièce, le phénomène Maréchal-Le Pen » paru au Seuil en 2017
  • Gille ROF, journaliste indépendant, correspondant du journal Le Monde et réalisateur de documentaire

La séance sera animée par Philippe ALDRIN, professeur de science politique à Sciences-po Aix, & Gabriel JOIGNANT, diplômé d’un master 2 en science politique.

Ouvrage « Le vote FN. Pour sociologie localisée de l’électorat frontiste »

« Le vote FN. Pour sociologie localisée de l’électorat frontiste » de Christèle Marchand-Lagier vient de paraître aux éditions De Boeck.

« À la rencontre des électeurs du Front national : une analyse approfondie des processus d’adhésion au parti à travers des portraits et des entretiens.

Qui vote pour le Front national ? Ses propositions séduisent- elles ses électeurs ? Les connaissent-ils effectivement ? Croient-ils vraiment que ce parti pourra changer leur vie ?

En se démarquant d’une approche sondagière et médiatique qui ne cesse d’agiter l’épouvantail FN, l’auteure part à la rencontre des électrices et des électeurs de ce parti : elle leur donne la parole, les laisse raconter ce qu’ils sont pour mieux comprendre ce qu’ils font.
L’ouvrage dresse des portraits d’électeurs, ni victimes, ni diabolisés, pour mesurer la distance qu’ils entretiennent avec la politique. S’appuyant sur de nombreux témoignages, il montre qu’il n’y a pas un électeur FN type, soutien inconditionnel et idéologique d’une cause, mais plutôt un ensemble de personnes dont les choix évoluent entre socialisations politiques et expériences sociales.

Une analyse inédite des processus qui conduisent à soutenir le FN, avec un focus sur les causes profondes de son enracinement électoral, particulièrement dans le sud-est de la France. »

Christèle Marchand-Lagier présentera notamment cet ouvrage dans le cadre du cycle de conférences « L’élection en débats : voter et faire voter en 2017 », le 28 mars 2017 de 18h à 20h, à Sciences Po Aix.

Pour une présentation du sommaire, de la préface réalisée par Patrick Lehingue et de l’introduction, cliquez ici.

Conférence – 28 février 2017 – Comment fait-on campagne aujourd’hui ?

Cycle de conférences-débats à Sciences Po Aix
L’ÉLECTION EN DÉBATS / VOTER ET FAIRE VOTER EN 2017

«L’ÉLECTION EN DÉBATS / VOTER ET FAIRE VOTER EN 2017 » est un cycle de conférences organisé par Philippe ALDRIN (Sciences Po Aix – CHERPA), Marie-Ange GREGORY (Sciences Po Aix – CHERPA), Christèle MARCHAND-LAGIER (Université d’Avignon – LBNC) & Magali NONJON (Sciences Po Aix – CHERPA) à l’occasion des élections nationales qui se tiendront en France au printemps 2017. Chacune des séances se propose d’aborder les enjeux du vote aujourd’hui : évolutions des façons de faire campagne, raisons de l’abstention et de l’apathie citoyenne, montée des discours populistes, rôle des sondages et des médias dans la perception des enjeux politiques, expérimentations pour réinventer le lien démocratique, etc.

Première conférence – 28 février 2017
Comment fait-on campagne aujourd’hui ?
18h à 20h – Amphi Bruno Etienne, Sciences Po Aix – Entrée libre

Cette conférence réunira des chercheurs et des praticiens des campagnes électorales pour proposer un double éclairage, d’une part, sur les évolutions les plus récentes des techniques et des stratégies de campagne dans le monde et, d’autre part, sur la mobilisation des électeurs sur les réseaux sociaux et le Net.

Intervenants :

  • Camille FLODERER, chercheure en Science politique, Sciences Po Aix – Laboratoire CHERPA
  • Élise MASSICARD, chercheure en Science politique, CNRS – Sciences Po Paris – Laboratoire CERI
  • Marine POIRIER, chercheure en Science politique, Sciences Po Aix – Laboratoire CHERPA
  • Benjamin RAYNAUD, Diplômé de Sciences Po Aix, Consultant en communication digitale et pilotage de projets pour agences de communication

La séance sera animée par Philippe ALDRIN, professeur de Science politique à Sciences Po Aix & Marie-Ange GREGORY, docteure et chercheure Science politique au Laboratoire CHERPA.

Séminaire – 19 janvier 2017 – Personnel politique et appareils partisans en campagne électorale

Personnel politique et appareils partisans en campagne électorale

Jeudi 19 janvier 2017 – 14h à 17h

Salle EPS 003 / Sciences Po Aix Espace Philippe SEGUIN – 31, av. Jean Dalmas – 13100 AIX EN PROVENCE

 Coordinatrices : Christèle MARCHAND-LAGIER & Jessica SAINTY

Cette deuxième séance du séminaire commun CHERPA (IEP Aix en Provence) – LBNC (Université d’Avignon) 2016-2017  intitulé « Sociologie électorale et participations citoyennes. Étude des mutations démocratiques et sociales en PACA », a pour objet de faire le point sur l’état des forces militantes dans les organisations politiques au démarrage de la campagne électorale 2017. Les questions de la sociologie des entourages politiques sera appréhendée dans un état de raréfaction des ressources politiques. Quels sont les relais avec les citoyens, l’économie des échanges symboliques entre élus et électeurs et les spécificités observables en région PACA par comparaison avec la région Picardie-Nord Pas de Calais ?

Intervenants :

  • Rémi LEFEBVRE, Professeur de science politique à l’Université Lille 2, CERAPS – Centre d’Études et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales (UMR 8026) CNRS.
  • Nicolas MAÏSETTI , Docteur en Science Politique – Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Chercheur associé au Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (LATTS, UMR 8134 CNRS) et Post-doc ANR POCK « Politique et corruption : argent immoral et influence politique en Allemagne et en France aux XIXe et XXe siècles » (POCK/2) coordonné par Frédéric Monier (Centre Norbert Elias, Université d’Avignon) et Cesare Mattina (Lames, Aix-Marseille Université)

ANR AlcoV

Le carnet ANR AlcoV s’intéresse aux évolutions des comportements des citoyens face aux transformations contemporaines de la démocratie : crise du consentement, abstention, votes de défiance à l’égard des gouvernants ou encore choix « radicaux » comme le soutien au FN. L’originalité du projet est de croiser des dispositifs quantitatifs (questionnaires) et qualitatifs, avec un ambitieux dispositif d’entretiens panélisés avec les électeurs et des observations sur des territoires contrastés. L’enquête relative aux scrutins à venir de 2017 vise en outre à articuler l’analyse des électeurs à celle de l’offre politique par le suivi de la campagne des partis et des candidats (entretiens et observations).