Appel à communications

Le vote en contexte(s).

Actualités et perspectives pour la sociologie électorale.

Juin 2021

Université Paris Dauphine-PSL

Ce colloque international entend contribuer au renouvellement des études électorales et plus largement des sociologies du vote et de la politisation. Le premier objectif est de proposer un bilan critique des approches “contextuelles” du vote qui se sont développées depuis deux décennies aux États-Unis, en France et dans divers pays occidentaux. Il s’agit d’identifier la place et les apports des approches françaises de l’analyse contextuelle, qui se distinguent notamment par leur originalité méthodologique (recours à des approches ethnographiques et à des entretiens biographiques approfondis, attention spécifique aux appartenances de classes et à la construction des identifications socio-politiques). Le second objectif est d’établir un dialogue critique, théorique et méthodologique, avec d’autres courants de sciences sociales pour mieux saisir les effets du « contexte » et, plus largement, pour mieux structurer théoriquement cette notion. Cette manifestation scientifique a donc pour ambition de constituer un carrefour de discussions et d’échanges entre la science politique et d’autres sciences sociales, comme la géographie, la sociologie urbaine, la sociologie de la socialisation, la sociologie de la famille, la sociologie du genre ou encore les sciences sociales du travail.

Partie prenante du projet ANR ALCoV, le colloque est organisé par 5 laboratoires de recherche en sciences sociales :

  • IRISSO Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales, UMR CNRS INRA 7170-1427 Université Paris-Dauphine ;
  • Le Centre européen de sociologie et de science politique  (CESSP-UMR 8209 –EHESS et Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne) ;
  • Le CHERPA (Croyance, Histoire, Espace, Régulation politique et Administrative – EA 4261– Sciences Po Aix) ;
  • Le Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris  (CRESPPA – UMR 7217 – Universités Paris 8 et Paris-Ouest Nanterre) ;
  • Le Centre universitaire de recherches sur l’action publique et le politique-Épistémologie et sciences Sociales (CURAPP-ESS, UMR 6054, Université de Picardie).

 Il se tiendra à l’Université Paris-Dauphine en juin 2021. Le programme prévisionnel inclut :

  • 1 conférence plénière d’ouverture avec deux conférenciers internationaux.
  • 28 communications universitaires, d’environ 15/20 minutes chacune, suivies de discussions animées par 7 discutant.e.s invité.e.s qui se dérouleront dans le cadre de 4 tables-rondes organisées sur 2 jours.

  • Calendrier
  • Toutes les informations seront diffusées sur les listes professionnelles et seront disponibles sur un site dédié (https://alcov.hypotheses.org/).
  • 15 octobre 2020 : Diffusion de l’appel à communications.
  • 15 janvier 2021: Date limite d’envoi des propositions de communication.
  • 15 février  2021 : Notification des résultats de la sélection des communications.
  • 15 mai 2021 : envoi des communications par les intervenants.
  • juin 2021 (date à préciser ultérieurement) : Tenue du colloque.

Comité d’organisation :

Catherine Achin (Professeure de science politique, Université Paris Dauphine-PSL, IRISSOUMR CNRS INRA 7170-1427)

Eric Agrikoliansky (Professeur de science politique, Université Paris Dauphine-PSL, IRISSOUMR CNRS INRA 7170-1427 )

Philippe Aldrin (Professeur de science politique, Sciences Po Aix, CHERPA – EA 4261)

Lorenzo Barrault-Stella (Chargé de recherche CNRS, CRESPPA-CSU – UMR 7217 )

Kevin Geay (Chercheur contractuel, Université Paris Dauphine-PSL, LEDaUMR CNRS 8007)

Patrick Lehingue (Professeur de science politique, Université de Picardie, CURAPP-ESS, UMR 6054)

Sandrine Lévêque (Professeure de science politique, Sciences Po Lille, CERAPS UMR 8026)

Anne-France Taiclet (Maîtresse de conférences, Université Paris 1, CESSP-UMR 8209)

Christèle Lagier (Maîtresse de conférences, Université d’Avignon, CHERPA – EA 4261)

Appel à communications

Depuis la fin des années 1970, les analyses électorales reposant uniquement sur enquêtes par questionnaires individuels administrés à des échantillons (quasi) aléatoires de répondants isolés, ont été critiquées pour leur incapacité à restituer le ou les « contexte(s) » dans lesquels sont immergés les électeurs[1]. Si ces enquêtes permettent de saisir les relations entre les caractéristiques sociales et leurs préférences politiques, elles rendent en effet mal compte de leurs ancrages sociaux concrets, et en particulier des relations sociales et des interactions ordinaires qui peuvent favoriser la politisation, la participation électorale ou encore orienter le vote. Ces approches tendent en outre à invisibiliser les espaces sociaux localisés dans lesquels les appartenances (de classe, de race, de genre, de génération, etc.) prennent sens.

Les approches contextuelles des comportements politiques, notamment celles développées en France, proposent alors un double déplacement du regard. D’abord elles visent à un renouveau méthodologique : recours à des entretiens et à des observations, et plus largement primat des méthodes qualitatives, enquêtes localisées sur des groupes de citoyens en relations et qui échangent (parfois) sur la politique, approche séquentielle et panélisée visant à saisir la dimension processuelle de la politisation. Ensuite, elle prête une attention nouvelle à l’appartenance aux groupes primaires (famille, amis, collègues, groupes d’appartenance) et aux interactions, en particulier les conversations, sollicitations, rappel à l’ordre et micro-pressions, qui peuvent se dérouler en périodes électorales. Analyser le contexte signifie alors observer l’insertion des électrices et électeurs dans un environnement social localisé, politiquement signifiant et potentiellement influent et permet ainsi de complexifier le lien entre appartenances sociales et rapports au politique.

Si l’essor des approches contextuelles, en sociologie et en géographie électorale, a permis un renouveau de ce champ de recherche, l’un des défis est aujourd’hui de normaliser cette « autre sociologie du vote[2] ». En effet, la notion de contexte pose toute une série de problèmes qui tiennent en particulier à sa définition. Les approches contextuelles sont plurielles et mouvantes (y compris parfois chez les mêmes auteurs[3]) et il existe un certain flottement dans les usages du « contexte » en analyse électorale[4], comme dans d’autres sciences sociales d’ailleurs. D’une certaine façon, toutes les sciences historiques et sociales sont des « disciplines du contexte[5] ». La première question est donc de savoir de quoi l’on parle lorsque l’on évoque le « contexte » ? L’expression peut ainsi renvoyer à des interactions et des conversations qui se déroulent lors de la campagne, à l’appartenance à un milieu qui s’incarne dans des groupes primaires (famille, amis, collègues, coreligionnaires), à l’effet d’institutions socialisatrices (comme l’école, l’usine, l’Église) ou encore à un environnement socio-économique spatialisé et aux groupes qui le peuplent. Elle peut aussi désigner la nature de l’offre politique à un moment donné et la structure de l’encadrement politique des électeurs (par des organisations partisanes, syndicales, associatives ou des réseaux informels). Ces enjeux définitionnels ont des prolongements théoriques et méthodologiques importants. Ils sont au cœur des controverses animant les analyses du vote et de la politisation dans la période récente.

L’objectif du colloque est double. Il s’agit d’abord d’identifier la place et les apports des approches françaises de l’analyse contextuelle, qui se distinguent notamment par leur originalité méthodologique (recours à des approches ethnographiques et à des entretiens biographiques approfondis). En second lieu, il vise à établir un dialogue théorique et méthodologique avec d’autres courants de sciences sociales pour mieux saisir les effets du « contexte » et plus largement pour mieux structurer théoriquement cette notion et les champs de recherche qu’elle ouvre. Cette manifestation scientifique a donc pour ambition de constituer un carrefour de discussions et d’échanges entre la science politique, qui se préoccupe de longue date de ces questions, et d’autres sciences sociales qui ne traitent pas spécifiquement du vote (ou de la politisation) mais prêtent une attention particulière aux contextes des actions humaines. Elle ambitionne à la fois de rendre plus sociologiques les analyses du vote, et d’intéresser les sociologies et les sociologues à la question du politique (dont le vote).

La science politique tend en effet à s’enfermer dans des débats circulaires propres à la “science électorale”. Un décloisonnement disciplinaire intégrant les acquis d’autres sciences sociales semble non seulement indispensable, mais aussi urgent. Les spécialistes du vote gagneraient à échanger avec des géographes ou des sociologues des territoires (urbains, péri-urbains ou ruraux) sur la question de l’influence sur les préférences politiques des ancrages socio-spatiaux. De même, des échanges avec les spécialistes de la sociologie de la famille, de l’éducation et de la socialisation sont nécessaires pour traiter de la question des influences « interpersonnelles » ou renouveler la réflexion sur les mécanismes d’apprentissage des préférences politiques ; tout comme la contribution de la sociologie du genre est indispensable à la compréhension de la division sexuée des rôles politiques. Un dialogue avec les sociologues du travail, des relations professionnelles et/ou des professions est enfin devenu indispensable pour mieux saisir le poids des collectifs de travail et des évolutions du salariat dans la politisation éventuelle des identifications socio-économiques – ou leur dépolitisation… Si de tels débats profiteraient aux spécialistes du vote, ils permettraient aussi d’enrichir la réflexion de ces autres traditions disciplinaires (géographie, sociologie urbaine, de la famille, du genre, du travail, etc.) qui abordent rarement la question de la politisation, et encore moins celle des pratiques électorales.

Le colloque sera organisé autour de 4 axes principaux qui constitueront les thématiques des 4 tables-rondes.

Où en est l’analyse contextuelle ?

Cette première table ronde vise à dresser un bilan des travaux qui mobilisent la notion de “contexte” à propos du vote et de la politisation. Les propositions pour cette table-ronde doivent viser une remise en perspective théorique, réflexive et critique des approches contextuelles du vote, de leurs évolutions et de leurs acquis, mais aussi de leurs limites et points aveugles. Les contributions qui situeront les travaux francophones dans l’espace international des recherches sur le sujet seront particulièrement appréciées. Cette table-ronde sera en outre introduite par une conférence plénière au cours de laquelle interviendront deux keynote speakers qui dresseront les grandes lignes de l’histoire du développement de ces approches dans la science politique, la sociologie et la géographie politique anglo-saxonne. La discussion sera aussi l’occasion d’esquisser des pistes pour mieux penser la dimension interactionnelle de la politisation.

Contextes et territoires de la politisation : espaces, inégalités socio-économiques et structures des relations sociales

C’est une conception territorialisée du contexte qui semble aujourd’hui être la plus répandue dans les approches contextuelles du vote. On la retrouve ainsi au cœur des recherches états-uniennes déjà citées de Robert Huckfeldt et John Sprague ou encore dans les travaux des géographes Ron Johnston et Charles Pattie sur la Grande-Bretagne[6]. L’idée n’est ni nouvelle (on la trouve, par exemple, dans les travaux pionniers d’André Siegfried ou d’Herbert Tingsten), ni propre à la sociologie électorale (elle manifeste l’importance croissante accordée aux dimensions spatiales dans les sciences sociales en général[7] – ce que l’on a pu nommer un « Spatial Turn »). Cette table ronde a pour ambition de rassembler des contributions présentant des travaux qui articulent l’analyse des caractéristiques socio-spatiales d’un territoire, celle de la structure des relations entre groupes sociaux (qu’ils reposent sur des appartenances de classes, des identifications ethno-raciales, religieuses ou autres) dans un tel espace et la diversité des comportements politiques. Le renouveau de la géographie électorale offre des perspectives particulièrement stimulantes, et les communications venant de cette discipline seront particulièrement appréciées. Mais les contributions issues de la sociologie urbaine ou de la sociologie rurale seront également bienvenues. Pourront en ce sens être abordées les articulations entre diverses formes de ségrégation (sociale, ethno-raciale, etc.) et les pratiques politiques, entre la gentrification et les votes, ou encore entre processus de “désertification” et (dé)politisation.

Éducations, socialisations familiales, division sexuée des rôles politiques

Les approches quantitatives montrent classiquement que les échanges entre très proches (parents-enfants, conjoints, amis) sont au cœur du processus de cristallisation des goûts politiques et des préférences électorales[8]. Les mécanismes concrets de cette cristallisation restent cependant largement à explorer qualitativement et à théoriser. Les contributions de spécialistes des sociologies de la famille, de l’éducation et de la socialisation politique, notamment dans les espaces scolaires, seront en ce sens particulièrement attendues. De plus, un dialogue avec les spécialistes de la sociologie du genre serait utile pour saisir les logiques de la production d’un rapport différencié à la politique et celles de la division sexuée des rôles politiques au sein des groupes d’appartenance. Enfin, seront particulièrement appréciées les communications fondées sur des dispositifs méthodologiques originaux permettant de saisir les interactions à l’œuvre dans les espaces familiaux, privés, voire intimes.

Politisations au travail. Collectifs de travail, socialisation politique et transformations du salariat.

Les relations entre activité professionnelle et socialisation politique qui étaient centrales dans le modèle des “variables lourdes” semblent avoir été progressivement délaissées par la sociologie politique. Les transformations historiques des modes de production des sentiments d’appartenance y sont pour beaucoup. Les sociologies du travail et des classes sociales peuvent en ce sens s’intéresser à nouveaux frais à la question des choix électoraux et des rapports à la politique. Cette table ronde vise à rassembler des contributions portant sur le rôle des collectifs de travail dans la constitution,  l’entretien ou la déprise d’identifications politiques et partisanes. Les travaux portant sur le rôle des syndicats ou des conflits sociaux ordinaires seront particulièrement appréciés. De même, les recherches menées sur les transformations du salariat et leurs effets sur les identifications politiques sont bienvenues. Tout comme les travaux sur les milieux éloignés de l’emploi (chômeurs, détenus, retraités, etc.) ou encore les recherches abordant les classes supérieures (cadres, professions libérales, indépendants, chefs d’entreprise, etc.) qui permettraient d’aborder les effets de la socialisation professionnelle sur le vote.

Procédure et calendrier :

Les propositions de communication, en anglais ou en français (environ 500 mots), explicitant les hypothèses, la thèse défendue, la méthodologie adoptée et les sources mobilisées, et accompagnées d’une courte biographie (5 lignes), devront être déposées avant le 15 janvier 2021 à l’adresse suivante : eric.agrikoliansky@dauphine.psl.eu

Les propositions doivent s’inscrire dans un des quatre axes présentés plus haut.

Toutes les approches théoriques et empiriques sont les bienvenues.

Les résultats de la sélection seront communiqués le 15 février 2021.

L’appel à communication détaillé est également accessible sur le site : https://alcov.hypotheses.org/


[1] Huckfeldt (R.), Politics in context. Assimilation and Conflict in Urban Neighborhoods, New York, Agathon Press, 1986 ; Huckfeldt (R.), Sprague (J.), Citizens, Politics and Social Communication, Cambridge, Cambridge University Press, 1995 ; Huckfeldt (R.), Johnson (P. E.), Sprague (J.), Political disagreement. The Survival of Diverse Opinions Within Communication Networks, New York, Cambridge University Press, 2004 ; Zuckerman (A. S.), eds., The Social Logics of Politics. Personal Networks as Contexts for Political Behavior, Philadelphia, Temple University Press, 2005. Pour les travaux français, cf. notamment Céline Braconnier, Jean-Yves Dormagen, La démocratie de l’abstention : aux origines de la démobilisation en milieu populaire, Paris, Gallimard, 2007 ; Agrikoliansky (É.), Heurtaux (J.), Le Grignou (B.), dir., Paris en campagne, Les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Paris, Editions du Croquant, « Champs social », 2011 ; SPEL, Les sens du vote, Rennes, PUR, 2016.

[2] Céline Braconnier, Une autre sociologie du vote. Les électeurs et leurs contextes, Cergy Pontoise, Lejep, 2010.

[3] À commencer par l’un des principaux représentants de ces approches, Robert Huckfeldt, comme le souligne Céline Braconnier, Une autre sociologie du vote, op.cit., p. 108.

[4] On ne peut que partager ce point de départ du raisonnement de Audemard (J.), « De quoi le contexte est-il le nom ? Critique de l’usage de la notion de contexte en sociologie électorale », Revue française de science politique, 67 (2), 2017, p. 271-289.

[5] Passeron (J.-C.), Le raisonnement sociologique. Un espace non-poppérien de l’argumentation, Paris, Albin Michel, 2006, p. 20.

[6] Pattie (Ch.), Johnston (R.), Putting voters in their place. Geography and elections in Great Britain, Oxford, Oxford University Press, 2006.

[7] Voir par exemple Cayouette-Remblière, Joanie, Gaspard Lion, et Clément Rivière. « Socialisations par l’espace, socialisations à l’espace. Les dimensions spatiales de la (trans)formation des individus », Sociétés contemporaines, 115 (3), 2019, p. 5-31.

[8] De nombreux travaux ont souligné l’importance des discussions entre conjoints et au sein de la famille : McClurg (S. D.), « The Electoral Relevance of Political Talk : Examining Disagreement and Expertise Effects in Social Networks on Political Participation », American Journal of Political Science, 50 (3), 2006 ; Muxel (A.), « La politisation par l’intime. Parler politique avec ses proches », Revue française de science politique, 65 (4), 2015.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.