Des classes populaires racisées qui soutiennent le Front national ? Différenciations « raciales » en milieux populaires et mobilisation électorale dans un quartier ségrégué en 2017

Lorenzo Barrault-Stella (CNRS – CRESPPA-CSU) ; lorenzo.barrault-stella@cnrs.fr

Clémentine Berjaud (Université Paris 1 – CESSP) ;  clementine.berjaud@wanadoo.fr

Journées d’étude « Comprendre le Front National : sociologie des mobilisations frontistes », 4 et 5 juin, IEP de Toulouse

Proposition de communication – Axe 1 : Mobilisations électorales : les votes Front National en contextes

Cette communication propose une sociologie des pratiques électorales de familles d’un quartier populaire, anonymisé, très ségrégué socialement et ethniquement de région parisienne. Il s’agit de porter la focale sur des électeur.e.s « issu.e.s de l’immigration », aux origines magrébines et sub-sahariennes, ayant apporté leur soutien à Marine Le Pen et/ou à des candidats du FN lors des scrutins présidentiels et législatifs de 2017. Les commentaires politico-médiatiques comme le sens commun savant (et militant dans bien des cas) ont tendance à considérer « le » vote FN comme nécessairement motivé par des considérations « racistes » et/ou « culturelles » et il peut, à première vue, paraitre paradoxal que des électeur.e.s aux originales étrangères soutiennent le parti frontiste. Ces interprétations restent toutefois prisonnières d’une perspective intellectualiste, rationaliste et enchantée qui néglige la grande distance aux enjeux du champ politique d’une large majorité de profanes, en particulier – mais pas uniquement[1] – dans les régions les moins dotés culturellement (ou en ressources de substitution à l’instar de celles accumulées dans des univers militant) de l’espace social[2]. Les sciences sociales ont en ce sens établi que l’offre politique et les propositions partisanes (par exemple celle portées par le FN hostiles aux immigrés et en faveur de formes variées de « préférence nationale »[3]) sont loin de constituer l’unique ou même le principal déterminant des pratiques électorales et pèsent dans nombre de cas bien peu dans les modes de production des votes[4].

Dans la France contemporaine, d’après les enquêtes statistiques menées auprès d’échantillons représentatifs de populations « issues de l’immigration »[5], ces milieux s’orientent principalement à gauche politiquement[6] et ils se tiennent tendanciellement à distance du Front national qui fonctionne dans nombre de cas comme une figure repoussoir[7]. En complément de ces travaux, nous avons pris le parti de nous intéresser à des cas, certes minoritaires, où des électeur.e.s des classes populaires racisé.e.s[8]  apportent leur soutien au FN. On sait néanmoins que « les minorités ont parfois une signification sociologique bien supérieure à leur importance numérique »[9] et on fait l’hypothèse que ces cas statistiquement improbables donnent à voir des processus sociaux et politiques plus généraux, non seulement quant aux formes contemporaines des politisations populaires en France[10] mais aussi en matière de mutations des modalités d’encadrement politique et de transformations du champ politique et de ses formes d’intermédiation dans les classes populaires contemporaines. Il s’agit ici d’approfondir la piste, issue de nos enquêtes antérieures[11], des liens entre la différenciation des classes populaires[12], la politisation de luttes sociales quotidiennes entre différentes fractions de ces milieux et les formes de « racialisation » des rapports sociaux susceptibles de façonner les pratiques politiques[13].

Sur le plan empirique, notre enquête est réalisée dans le cadre du collectif de recherche ALCOV financé par l’ANR (2016-2020)[14].  Depuis 2016, nous menons une analyse localisée des formes « ordinaires » de politisation[15] et des pratiques politiques au sein d’un quartier très populaire, ségrégué, enclavé, urbain et dense (plus de 33 000 habitants recensés au km2 en 2014). D’après les données INSEE du Recensement publiées en octobre 2017[16], l’habitat dans le quartier comprend 98% de logements sociaux (correspondant à différentes vagues historiques de construction), le taux de chômage avoisine les 26%. On y dénombre 5,3% d’artisans, commerçants et chefs d’entreprises, 5,3% de cadres et professions intellectuelles supérieures pour 46% d’employés et 21,5% d’ouvriers composant, de fait, avec les populations plus précaires non recensées, les classes populaires locales qui sont de loin majoritaires. 55% des habitant.e.s recensés sont des femmes, 21% des retraités. 52,7% des familles ont au moins un enfant et, parmi elle, 48% sont des familles monoparentales dont on sait, par ailleurs, que les mères seules constituent la très grande majorité[17]. Parmi les habitant.e.s, 42,5% sont né.e.s à l’étranger (populations d’origines maghrébine et sub-saharienne en particulier), 23% sont de nationalité étrangère et 60% sont des français.e.s non immigré.e.s au sens de l’INSEE. Mais, au quotidien, de nombreux.ses habitant.e.s plus récemment arrivé.e.s sont aussi de diverses origines étrangères[18] et certains vivent dans la clandestinité (sans papiers, « roms », syriens en demande d’asile, etc.), échappant très probablement aux statistiques officielles. Le quartier est classé « Zone urbaine sensible » (ZUS), les écoles comme le collège public de secteur sont en « REP + » et les autorités policières locales considèrent qu’il s’agit d’un des secteurs « les plus chauds » de la commune. Ce quartier donne à voir à une échelle fine la concentration de différentes fractions parmi les plus précaires et racisées des classes populaires, non sans lien d’ailleurs avec divers processus politiques transnationaux[19]. Sur le plan politique, si la commune est dirigé par le Parti socialiste (PS) depuis une vingtaine d’années, le quartier est surtout caractérisé par une abstention systématiquement plus élevée (près de 60% des inscrits en moyenne aux différents scrutins de 2012 à 2017) que la commune, en particulier dans la tranche d’âge 18-35 ans[20]. Les trois bureaux de vote du quartier affichent aussi régulièrement des scores FN parmi les plus élevés de la commune (près de 20 % à certains scrutins). Cette entrée territoriale nous a permis de suivre depuis l’automne 2016 une vingtaine de parents d’élèves[21] de l’école du quartier – pour les deux tiers des mères. Nous avons opté d’une part pour la rencontre d’habitant.e.s par le biais de l’école primaire publique du quartier[22], fortement ségréguée socialement et d’un point de vue ethno-racial ; d’autre part l’enquête a été présentée comme portant sur « le quartier, l’école et les services publics » et non directement sur des objets politiques[23]. Outre un travail d’observation dans le quartier et à l’école, plusieurs vagues d’entretiens semi-directifs[24] approfondis ont été menées avec ces parents (entre deux et quatre selon les cas) avant, pendant et après les quatre tours de scrutin de 2017 en les interrogeant d’abord sur leurs conditions matérielles d’existence, leurs trajectoires, leurs relations intrafamiliales, leurs groupes d’appartenance[25], leurs divers rapports sociaux (dans le quartier mais pas uniquement, dans la sphère professionnelle le cas échéant, etc.), leur inscription territoriale, leurs appréhensions de l’école et de l’avenir et, une fois des relations de confiance nouées seulement, des enjeux politiques, d’abord locaux (à travers l’entrée « quartier ») puis nationaux (dont les élections présidentielle et législatives de 2017).

Sur la base de ces matériaux, notre communication propose une sociologie compréhensive, articulant dispositions, groupes d’appartenance et sociabilités en situation, des votes de quelques électeur.e.s racisé.e.s, aux origines étrangères (maghrébines, d’Afrique sub-saharienne et/ou des DOM-TOM) ayant apporté leur soutien au Front National à l’un ou plusieurs tours de scrutins de 2017. En adoptant une approche comparative par cas[26], on verra que, loin des interprétations politologiques et/ou culturalistes, c’est du côté des rapports sociaux de classes et de races observables dans ce quartier très ségrégué – où cohabitent différentes fractions des classes populaires inégalement racisées, stables et anciennes au sein de ce territoire – que l’on peut trouver les logiques de tels votes a priori contre-intuitifs. Le vote frontiste est alors articulé à un ensemble de pratiques – pas nécessairement politiques ­­– partie prenante de stratégies de distinction internes aux classes populaires, sur la base d’identification raciale (« arabes », « noirs », « roms », etc.) et religieuses (« chrétiens », « musulmans », etc.). La configuration sociale et politique observable dans ce quartier pourrait au final nous éclairer sur l’actualisation historique contemporaine des modalités d’encadrement politique des classes populaires et, plus généralement, quant aux transformations en cours des formes d’intermédiations très inégales entre le champ politique et les différents groupes sociaux.

[1] Éric Agrikoliansky, « La politisation ordinaire d’une population extraordinaire », Politix, n° 106, 2014, p. 135-157.

[2] Daniel Gaxie, Le cens caché. Inégalités culturelles et ségrégation politique, Paris, Seuil, 1978.

[3] Sylvain Crépon, Alexandre Dezé, Nonna Mayer, Les faux-semblants du Front National, Paris, Presses de Science-Po, 2015.

[4] Voir par exemple Daniel Gaxie (dir.), Explications du vote. Un bilan des études électorales, Paris, Presses de Sciences Po, 1985 ; Collectif Spel, Les sens du vote. Une enquête sociologique (France, 2011-2014), Rennes, PUR, 2016.

[5] Notamment Sylvain Brouard, Vincent Tiberj, Français comme les autres ?, Paris, Presses de Sciences Po, 2005 ; Cris Beauchemin, Christelle Hamel, Patrick Simon, Trajectoires et origines. Enquête sur la diversité des populations en France, INED, 2015. Dans ces travaux, il s’agit en particulier des immigrations magrébines, africaines et turques, ainsi que les populations d’Outre-Mer.

[6] Ce qui confirme statistiquement ce que des travaux s’appuyant sur des matériaux qualitatifs avaient déjà établi , par exemple Jocelyne Césari « Citoyenneté et acte de vote des individus issu de l’immigration magrébine. Des stratégies politiques plurielles et contradictoires », Politix, n°22, 1993, p.93-103 ; Nancy Venel, Musulmans et citoyens. Appropriations, usages et agencement des appartenances chez de jeunes musulmans français d’origine maghrébine, Thèse de Science Politique à l’Université de Lille 2, 2002.

[7] Voir entre autres Céline Braconnier, Jean-Yves Dormagen, La démocratie de l’abstention, Paris, Gallimard, 2007 ; Lorenzo Barrault-Stella, Clémentine Berjaud « Political practices from the sidelines. A qualitative approach to the political ambivalence in contemporary working-class youth in France », French Politics, vol.13, n°3, 2015, p. 221-240.

[8] Si les races n’existent pas, la ou le sociologue observe parfois des formes de racialisation des rapports sociaux, c’est-à-dire des processus d’assignation identitaire fondés sur des critères pensés comme « raciaux », produisant des hiérarchies et potentiellement supports de rapports de domination. Sur ces questions : Éric Fassin (dir.), « Les couleurs de la représentation », Revue française de science politique, volume 60, n°4, 2010.

[9] Norbert Elias, John Scotson, Logiques de l’exclusion. Enquête sociologique au cœur d’une communauté,  Paris, Fayard, 1997, (1ère ed.1965), p.162.

[10] Lorenzo Barrault-Stella, Bernard Pudal, « Retour sur la politisation des classes populaires. Propositions pour une analyse des états de matière du politique et de leur convertibilité » (avec), in Lorenzo Barrault-Stella, Brigitte Gaïti, Daniel Gaxie, Patrick Lehingue (dir.), La politique désenchantée ? Perspectives sociologiques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, à paraître en 2018.

[11]  Voir en particulier Lorenzo Barrault-Stella, Clémentine Berjaud, « Sur quelques votes FN de jeunes des classes populaires en périphérie urbaine » (avec in Gérard Mauger, Willy Pellettier (dir.), Les classes populaires et le FN. Explications de vote, Bellecombes-en-Bauges, Editions du Croquant, « Savoir-agir », 2017, p. 195-208.

[12] Pour un bilan, à la suite entre autres des travaux d’O. Schwartz : Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Nicolas Renahy, Sociologie des classes populaires, Paris, Armand Colin, 2015.

[13] Camille Hamidi, « Catégorisations ethniques ordinaires et rapport au politique. Éléments sur le rapport au politique de jeunes des quartiers populaires », Revue française de science politique, vol. 60, no 4, 2010, p. 719-743 ; Claudine Gay, Jennifer L. Hoschild, Ariel White, « Americans’ Belief in Linked Fate: Does the Measure Capture the Concept? », Journal of Race, Ethnicity, and Politics, vol.1, n°1, 2016, p. 117‑144.

[14] Le projet « Analyse localisée comparative du vote » (ALCOV) est financé par l’ANR, coordonné par Éric Agrikoliansky et associe le CHERPA, le CESSP, le CRESPPA-CSU, le CURAPP-ESS et l’IRISSO.

[15] François Buton, Patrick Lehingue, Nicolas Mariot, Sabine Rozier (dir.), L’Ordinaire du politique, Enquêtes sur les rapports profanes au politique, Lille, Presses du Septentrion, 2016.

[16] Données du Recensement 2014, vague publiée en octobre 2017. Les données mobilisées correspondent à trois IRIS composant le quartier (N = 4032 individus recensés, dont 30% de mineurs).

[17] Jacqueline Laufer et Rachel Silvera (dir.), « Femmes providentielles. Enfants et parents à charge », Travail, genre et société, n°6, 2001 ; plus récemment : Jean-Hughes, Sociologie de la famille, Paris, La Découverte, « Repères », 2009, p.18.

[18] Le quartier étudié présente des homologies importantes avec la structure des rapports sociaux localisées étudiée par Norbert Elias, John Scotson, Logiques de l’exclusion. Enquête sociologique au cœur des problèmes d’une communauté, Paris, Fayard, 1997 [1965].

[19] Voir par exemple Nora El Qadim, Le gouvernement asymétrique des migrations, Paris, Dalloz, 2015.

[20] Près de 90% de cette classe d’âge s’est par exemple abstenu lors du second tour des législatives de 2017. Source : premières exploitations de l’enquête Participations en 2017 de l’INSEE par Baptiste Coulmont que nous remercions vivement pour ces données comme pour son initiation à l’utilisation des Enquêtes Recensement de l’INSEE.

[21] La plupart sont en situation de pouvoir voter mais pas tous.tes (du fait de leur nationalité ou de leur non inscription).

[22] Il n’y a pas d’école privé dans le quartier.

[23] Afin de contourner les attitudes d’évitement du politique et de minorer les impositions de problématiques en particulier, voir entre autres Nicolas Mariot « Pourquoi il n’existe pas d’ethnographie de la citoyenneté », Politix, n°92, 2010, p. 165-194.

[24] La répétition des entretiens et le temps long de l’enquête prémunissent pour partie contre certaines formes d’illusion biographique : Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1986, n°62, p. 69-72 ; Collectif Spel, Les sens du vote. Une enquête sociologique (France, 2011-2014), Rennes, PUR, 2016.

[25] Alan. S. Zuckerman (eds.), 2005, The Social Logics of Politics. Personal networks as contexts for political behavior, Temple University Press, Philadelphia.

[26] Jean-Claude Passeron, Jacques Revel (dir.), Penser par cas, Paris, EHESS, 2005.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *