Le cens trouvé : examen d’un questionnaire sortie des urnes

Pour citer ce texte : Baptiste Coulmont et l’équipe de l’ANR ALCOV. « Le cens trouvé:
examen d”un questionnaire sortie des urnes », https://alcov.hypotheses.org, 6 mars 2018

Le dimanche 7 mai 2017, lors du second tour de l’élection présidentielle, les équipes de l’ANR ALCOV ont réalisé un sondage « sortie d’urnes » dans 14 bureaux de vote, du début à la fin des opérations de vote. Trois bureaux de vote parisiens (dans les 16e et 18e arrondissements), cinq bureaux à Avignon et dans une commune limitrophe, deux bureaux à Joigny, deux bureaux à Brignoles, un à Marseille, un à Amiens. Ces bureaux n’ont pas été choisis pour leur représentativité, mais parce que ce sont les bureaux dans lesquels votent une partie des électeurs sur lesquels nous enquêtons. Ainsi, quand on examine les résultats du second tour, le taux d’abstention est plus élevé dans nos bureaux, la proportion de votes blancs et nuls est plus faible, ainsi que la fréquence du vote pour Marine Le Pen

Comparaison avec les résultats nationaux

Résultats nationaux Résultats des bureaux enquêtés
Taux d’abstention 25.4 29.1
Blancs et nuls (Votants) % 11.5 9.7
Le Pen (Votants) % 30.0 28.2
Macron (Votants) % 58.5 62.1

Les questionnaires étaient courts: il était important d’éviter la lassitude à répondre (les votants pouvaient répondre de manière auto-administrée, ou avec l’aide d’un enquêteur). Les questions portaient sur l’entourage et les groupes primaires (êtes-vous venu voter seul? avec qui avez-vous discuté de l’élection au cours de la semaine dernière, avez-vous essayé de convaincre des membres de votre entourage? est-ce que vos proches votent comme vous?), sur l’histoire de vote aux précédentes élections présidentielles, … et sur les caractéristiques socio-démographiques (âge, sexe, niveau de diplôme, profession, profession du conjoint, etc…). Au total, notre base a été composée à partir de 3013 questionnaires utilisables.

Le but de ce billet est de comparer les résultats des questionnaires aux informations qui se trouvent dans les listes d’émargements (âge, sexe, lieu de naissance) et dans les résultats électoraux (proportion de bulletins blancs et nuls, score des candidats). Nous n’avons pas contrôlé les déclarations des répondants (les questionnaires étaient anonymes et ne nous permettent pas de retrouver les répondants dans les listes d’émargement) mais nous avons comparé les résultats agrégés.

Taux de réponse par bureau de vote

Nous savons précisément, à partir des listes d’émargement et des résultats publiés par le Ministère de l’intérieur, combien de personnes se sont déplacées pour voter, dans chaque bureau de vote. À partir du nombre de questionnaires valides recueillis, nous pouvons alors calculer un taux de réponse.

Ce taux varie de près de 40% (dans le 16 arrondissement), à un peu plus de 20% à Brignoles. Ce taux varie localement en fonction du dispositif d’enquête mis en place dans chaque bureau, mais aussi en fonction des caractéristiques des électeurs de ces bureaux eux-mêmes et des dispositions inégales des électeurs et électrices à nous répondre, qu’on appelle « biais d’auto-sélection ». Par exemple, c’est dans les bureaux où le vote pour Marine Le Pen fut le plus bas que les questionnaires remplis furent les plus fréquents, et dans les bureaux où le vote Le Pen fut le plus élevé que le taux de réponse fut le plus faible.

Des biais « classiques »

Le graphique suivant cherche à comparer au plus près les résultats du QSU et les données administratives recueillies soient à partir des listes d’émargement (qui ont été intégralement recodées) et des résultats agrégés publiés par le Ministère de l’intérieur.

Commençons par l’âge : Le dispositif d’enquête a mieux saisi les électeurs les plus jeunes: ils représentent 17% de l’électorat et 22% de notre échantillon. C’est peut-être dû aux enquêteurs et enquêtrices, souvent des étudiant.e.s. C’est peut-être dû aussi au fait que ces jeunes électeurs ont un niveau de diplôme en moyenne plus élevé que les électeurs les plus âgés (et qu’un diplôme élevé est associé à une participation politique plus forte). Car à l’inverse des plus jeunes, les électeurs plus âgés ont été moins bien captés: les personnes âgées coopèrent moins à l’enquête. Notre échantillon est composé de 26% d’électeurs et électrices de 60 ans et plus, à comparer avec 33% des votants. La déformation du corps électoral est donc réelle, mais elle n’est pas énorme, et surtout elle semble « classique » (en reproduisant les biais déjà repérés par Braconnier & Dormagen (2018, à paraître))

Les proportions de femmes, et de votants nés à l’étranger sont semblables, à quelques points près dans le corps électoral qui s’est déplacé au second tour et dans notre échantillon. 83% des votants sont nés en France, et c’est le cas de 84,5% de notre échantillon de répondants, selon leurs déclarations. 54,5% des votants étaient des femmes, et c’est le cas de 58% de l’échantillon du QSU: les électrices ont donc été un peu plus sensibles au dispositif d’enquête.

Sur les grandes variables démographiques que l’on peut comparer directement à partir des listes d’émargement, l’échantillon du QSU est donc peu biaisé. C’est sur les variables politiques qu’apparaissent les grandes différences. En effet le dispositif d’enquête a recruté des répondants plus politisés que la moyenne. Alors que seuls 5% des votants des bureaux de vote enquêtés détenaient une procuration, 13% de notre échantillon déclare être porteur d’une procuration (cette sur-représentation se repère dans tous les bureaux de vote enquêtés). Et notre échantillon sous-estime radicalement la proportion de votants ayant choisi Marine Le Pen. Alors que 28,2% des votants ont sélectionné le bulletin « Le Pen », seuls 12,5% des répondants (ayant accepté de répondre à la question sur le vote) nous ont déclaré avoir voté pour Marine Le Pen.

Environ 10% des répondants ont refusé de déclarer leur vote. Il est tentant de penser que ces non-réponses pourraient être des votes honteux d’extrême droite. Mais ces non-répondants n’ont pas des caractéristiques proches de celles des déclarations de vote Le Pen. Des procédures d’imputation diverses (par exemple en appariant des individus ayant les mêmes diplômes, âge, PCS…) ne conduisent pas à affecter une proportion supérieure de votes pour Marine Le Pen. Il est plus probable donc qu’une partie non négligeable des électeurs Le Pen ait tout simplement refusé de participer à l’enquête, ce que les taux de réponses globaux par bureau de vote nous laissaient déjà penser.

Notre échantillon surreprésente ainsi les électeurs de gauche, ce que l’on peut constater quand on compare les déclarations de vote au premier tour (graphique ci-dessous) et les résultats effectifs des bureaux de vote enquêtés. Même en soulignant qu’il y a pu y avoir un découragement des électeurs Fillon du premier tour (qui auraient préféré l’abstention), il reste que notre échantillon capte bien mieux les électeurs de gauche (ayant voté pour Mélenchon, Hamon ou Macron au premier tour) et moins bien les électeurs de droite (Fillon, Le Pen, Asselineau, Dupont-Aignan)

L’échantillon final semble donc avoir été produit à la suite de plusieurs formes d’auto-sélection des répondants: les plus âgés et les hommes ont eu tendance à moins répondre, les électeurs de droite et d’extrême droite aussi (et ces deux phénomènes sont peut-être reliés), alors que les votants les plus participationnistes, de même que les plus jeunes, eux, ont eu tendance à moins refuser de répondre. Notre échantillon est un échantillon sur-politisé.

Références

  • Braconnier, Céline et Jean-Yves Dormagen, 2018 (à paraître), « Un cens caché dans la constitution des échantillons de répondants. Biais de sélection, d’auto-sélection et de déclaration dans une série d’enquêtes localisées par questionnaires », dans Lorenzo Barrault, Brigitte Gaïti, Daniel Gaxie, Patrick Lehingue (dir.), La politique désenchantée ? Perspectives sociologiques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.
  • Gaxie, Daniel, 1978. Le cens caché: inégalités culturelles et ségrégation politique, Paris, Éditions du Seuil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *